Loading images...

About the author

ARM

Related Articles

7 Comments

  1. 1

    Said ABDOU

    Cher ARM, si vous ne dites que cela, vos propos deviennent clivants. La libération des détenus politiques et la non reconnaissance de la constitution à la main coupée sont un socle de revendication du retour de la constitution de 2001 et du respect de la tournante. Ce qui me semble inquiétant est:

    1) L’absence des anjouanais et des moheliens dans la délégation composée des forces vives de la
    nation,

    2) La composition unisexe de cette délégation,

    2) Enfin, le niveau des orateurs de cette délégation.

    Comment ne pas devoir faire la synthèse des atrocités subites par le peuple comorien dont l’auteur et l’acteur n’est autre que le satrape et sa clique? J’aurai aimé les voir acter un hommage aux différentes victimes par l’entonnement des noms des:

    Victimes d’enlèvements, de séquestrations, des détentions arbitraires et sans jugements, des assassinats ciblés, des crimes odieux etc, etc,… . Cette liste noire aurait permis de fermer la bouche du commissaire des affaires, affreusement, Africaines. Un commissaire corrompu qui n’était venu au pays que pour aduler la politiques des régimes dictatoriaux dont sont victimes les peuples du continent Africain.

    Reply
  2. 2

    Bakoum SONKO

    Cher ARM,
    Il serait utile de réaliser que certains de vos propos peuvent être plus que clivants. La jeune “nation” comorienne manifeste un désir fraternel qu’un esprit séparatiste. L’échec du commissaire, affreusement, africaines n’est pas le fruit des grands comoriens. Il est vrai que la composition des délégations, exclusivement, grand-comoriennes interrogent. L’exclusivité masculine aussi. La pauvreté des vraies revendications nationales. A la place des préalables posés par la junte des forces vives, j’aurais entonné les noms de toutes les victimes du pouvoir militaire devant le commissaire chargé de la corruption politique, à savoir:

    Les noms des victimes d’enlèvements, de séquestrations, de tortures, d’humiliations, de déportations, de détentions arbitraires et injustes, d’assassinats à la KASHOGI et crimes ciblés. J’aurais cité, aussi le prénom de FAINA ( Agée de 5 Ans) violée, mutilée et enterrée vivante sans qu’aucune procédure judiciaire soit ouverte. Des crimes sexuels faisant l’objet de rejet de plainte en grand nombre, etc, etc, …… . Un moment d’inviter le commissariat aux affaires, affreusement, Africaines à rendre un grand hommage à toutes les victimes de la dictatures. Les actes tyranniques auraient suffit à bannir Azali et Ambar. Des faits qui auraient parlé mieux que les rédactions des autodidactes politiques.

    Reply
  3. 3

    ALI Madi

    Le pays appartient au peuple. Les éventuels arrangements de certains politiques n’engageraient pas le peuple mais les traitres de la nation.

    Reply
  4. 4

    MARANDRAZI

    Merci frère SONKO pour votre belle analyse et vos multiples tentatives de ramener notre frère ARM à la raison. Il m’arrive, parfois, à me demander si les propos de Monsieur ARM ne sont pas sinon autant, du moins plus dangereux que ceux du Président AZALI et des pires séparatistes anjouannais de l’ère Bakar. Il est, en effet, très regrettable qu’un intellectuel de ce niveau passe son temps à pondre des idées séparatistes et à dénigrer ses compatriotes qui ne pensent pas comme lui. Le post qu’il vient de publier sur notre frère Saïd ABASS DAHALANI, certainement l’un, sinon le seul homme politique actuel des Comores qui a su entretenir sa stature d’homme d’Etat, à travers sa clairvoyance et sa cohérence dans ses idées pour faire des Comores un pays moderne, stable et prospère. Tout esprit sain, et de surcroît formé dans les domaines du Droit et des sciences politiques, sait très bien que seul le projet institutionnel et politique du parti MOROUA est le seul capable de poser les bases indispensables pour la stabilité et le développement de notre pays. On aurait espéré qu’à la place des écrits et des propos clivants, polémiques, voire injurieux et indignes d’un homme du niveau intellectuel de notre frère ARM, il éclaire les comoriens par ses analyses sur les projets et actions politiques des différents partis du pays. Et on aurait surtout apprécié qu’il contribue, par ses analyses et ses connaissances académiques, à proposer un grand projet de société pour sortir notre pays de ses crises permanentes. Mais, j’ose espérer qu’un jour viendra qu’il se rendra compte tout seul de la nocivité, voire de la dangerosité de certaines de ses interventions. Le propre d’un homme intelligent est de savoir mesurer ses propos, par la retenue nécessaire et le respect dû à autrui.

    Fraternellement

    Reply
    1. 4.1

      ARM

      Bonjour, mon frère,
      J’ai lu avec intérêt votre commentaire. Merci beaucoup.
      Puis-je juste poser une question: est-ce qu’une observation dénuée d’injures est une injure?
      Fraternellement,
      ARM

      Reply
    2. 4.2

      Bakoum SONKO

      Que ARM ait, parfois, des propos clivants ou qu’il soit polémiste est un fait. Qu’il soit insolent ou séparatiste, je ne crois pas. Je pense, fort, qu’il s’agit d’un homme attaché à l’unité nationale. Et devant des politiques dits nationaux mais qui ne représentent que leurs quartiers au mieux leur villages, ARM veut provoquer un débat politique pour une nation éveillée et souveraine. Malheureusement, nos prétendus politiques ne brillent que par la ruse et le mensonge pour garder le peuple dans son profond sommeil. ARM se sert des mots forts clivants pour choquer et provoquer un débat constructif. Hélas, à la place de répondre à cet appel, on ne lui oppose que la violence et non des arguments. Je suis né et domicilié en grande Comore. Force est de constater que le grand comorien s’est toujours pris, instinctivement, comme le digne comorien qualifiant les autres insulaires n’ont pas des Comoriens mais des WAMASIWA comme si les wangazidja étaient des continentaux et non des insulaires. C’est une forme de caricature malsaine que feu Ali Soilih avait appelé à bannir du langage comorien( Le comorien est chez lui partout où il se trouve dans l’ensemble de nos îles. Les comoriens sont égaux). Ce qui n’est toujours pas le cas. Le séparatisme est dans nos gènes et n’avons pas besoin d’ARM pour se distinguer. Pire, le séparatisme n’est pas insulaire. Nous grand comoriens avons une culture répulsive. Opposons à la provocation intellectuelle d’ARM un débat argumenté et non une violence débridée. A mon point de vue, ARM réussi à piquer les âmes sensibles, il lui reste à faire sortir nos intellos de leur gong et produire un débat de haut niveau pouvant contribuer à nous éveiller, nous les petits. Les propos clivants sont lourds pour nous mais porteurs pour nos pour celles et ceux qui ont appris à bien penser.

      Reply
      1. 4.2.1

        ARM

        Bonjour, mon frère,
        C’est la pure réalité.
        Fraternellement,
        ARM

        Reply

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

2014 Copyright Lemohelien - Développé par TIB Consulting