Loading images...

About the author

ARM

Related Articles

One Comment

  1. 1

    Bakoum SONKO

    C’est dommage que Monsieur Fahmi SAID IBRAHIM ait dissout son parti, PEC. C’était le seul parti politique du pays qui aurait pu initier une démocratie viable. Un jeune président, un bureau politique d’avenir, des idées novatrices et un programme politique d’une ambition réaliste. Sa dissolution dans le JUWA fut stratégique pour la conquête du pouvoir mais nocif à la perpétuation des valeurs de progrès et de démocratie. Candidat en 2016, il ne l’a été que parce qu’imposé par SAMBI. La soif et les ambitions démesurés des cadors de JUWA ont contribué à écarter Fahmi de l’accession à la magistrature suprême. Une attitude complice aux manigances de Houmedi, Azali, Bolero et Ikililou contre Sambi via le crime électoral contre Monsieur Fahmi SAID IBRAHIM. Aujourd’hui le JUWA est pris en otage par Barwane, Mohamed SOULE et MAHMOUD. Un parti politique, autre fois, d’une grande popularité nationale devenu un objet de quelques grand-comoriens. Fahmi se retrouve sans le PEC ( son fils ) ni le JUWA ( son père adoptif). Pire, le JUWA semble tourné le dos à son créateur. Reclus dans son trou à ras, Sambi n’entend aucune des milliers de voix qui le scandaient à chacune de ses apparitions publiques comme s’il ne restait aucun adhérent au soleil autrefois brillant. A croire que le non droit pratiqué sur les libertés de SAMBI ne dérangent que ses enfants et quelques personnes allergiques à toute forme d’injustice et ce peu importe la victime. Le JUWA est mort ou en hibérnation?

    Reply

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

2014 Copyright Lemohelien - Développé par TIB Consulting