Loading images...

About the author

ARM

Related Articles

4 Comments

  1. 1

    moufid

    Croire dur comme fer à la sorcellerie est un mal propre au politicien comorien depuis des lustres, et ce n’est pas un article publié sur internet qui éradiquera ce phénomène dans un pays en mal d’électricité puisqu’il faut quand même du courant électrique pour pouvoir se connecter à internet et lire ceux qui rappellent aux comoriens qu’on est au troisième millénaire.
    Et surtout, ces politiciens ne répondent pas aux vraies questions parce qu’elles ne sont pas posées par vous qui informent les gens.
    Depuis que le docteur Sounhadj vous refuse votre entretien, je n’en ai jamais lu un autre sur ce blog comme s’il n’y a que que lui qui mérite d’être questionné.
    L’autre journaliste “aux quatre questions”, je n’entend plus parler de lui.
    Agwa, non instruit, fait du mieux qu’il peut pendant qu’un directeur bien instruit s’en prend aux journalistes de sexe féminin
    —————
    Bonjour, Moufid,
    Des demandes d’interview nous ont été adressées. Elles sont sans intérêt. Nous attendons le jour où il y aura un politicien sérieux à interviewer. D’ailleurs, que je dois proposer une interview à ton propre père. Comme il est un homme sérieux, ça sera intéressant.
    Cordialement,
    ARM

    Reply
    1. 1.1

      moufid

      La curiosité me pousse à vous demander par quel procédé vous établissez les niveaux de sérieux des uns et des autres.
      Aujourd’hui, je parle d’une relation directe entre le manque de réponses sérieuses de la part des politiciens et le manque de questions sérieuses de la part de ceux qui rendent compte de l’actualité. S’il y a des politiciens pas sérieux, c’est dommage. Mais plus grave encore, il y a des journalistes qui ne font que glorifier ces gens pas sérieux.
      Sauf erreur de ma part, c’est à nous spectateurs( lecteurs, auditeurs …), d’apprécier le sérieux des intervieweurs et des interviewés.
      Un journaliste passe plus d’une heure à questionner un homme d’un gouvernement qui n’arrive ni à payer ses fonctionnaires, ni fournir de l’eau, ni de l’électricité, …. mais toutes les questions tournaient autour d’une possible candidature d’un autre homme à des élections qui auront lieu en 2016 si Dieu le veut.
      De temps en temps, vous parlez du bien glorieux Bolero et du charlatan corrompu Sambi. Mais vous estimez sérieux un allié de ce dernier.
      Ne trouvez-vous ni contradiction ni ironie dans tout çà??
      —————
      Bonjour, Moufid,
      Le sérieux de l’acteur est lié à sa crédibilité. Il n’est un secret pour personne qu’il y a des politiciens plus crédibles et plus sérieux que d’autres. J’ai fait une très longue interview avec Mohamed Abdou Madi, tout en sachant que sa crédibilité n’est pas très bien établie. Seulement, il avait des choses à dire.
      Une interview est une affaire très compliquée. Je vais passer une heure pour poser des questions à un acteur politique. Mais, il me restera 8 heures de travail pour monter l’interview et la publier. C’est tout sauf un jeu. Et en plus, j’ai une grande expérience en matière de transcription, car c’est un travail que j’ai fait dans une société de communication. Alors, si je dois sacrifier 9 heures, il faudra que ça soit quelqu’un de sérieux, qui a des choses sérieuses à dire.
      Pour ce qui est de Hamada Madi Boléro, je plains les gens qui refusent de l’écouter et qui le haïssent sans même se donner la peine de l’écouter. J’ai beaucoup critiqué Hamada Madi Boléro, mais je reconnais et connais sa valeur d’homme d’Etat. Je refuse de vivre dans le rejet haineux d’un homme instruit et expérimenté qui maîtrise ses dossiers.
      Cordialement,
      ARM

      Reply
      1. 1.1.1

        moufid

        Merci pour toutes vos explications.
        Toutefois, je reste convaincu d’une façon de faire disparaître ces pseudo-politiciens de l’espace public, qui est de leur confronter avec ce qu’ils fuient: les questions et les débats.
        Je connais un politicien qui était devenu un objet de moquerie pour beaucoup depuis qu’il avait perdu à un débat télévisé face à Boléro.
        Aussi un prédicateur qu’on huait même dans son quartier depuis qu’il avait perdu à un débat face à M A Ibrahim, un autre prédicateur mais chiite.
        Si çà avait continué, beaucoup de masques seraient tombés.
        ————-
        Bonjour, Moufid,
        Aux Comores, la culture du débat n’existe pas.
        On n’aime pas la confrontation des idées. J’ai rencontré des gens qui avaient l’habitude de me traiter de tout sur Internet. Quand je discute avec eux, au bout de deux minutes, ils changent radicalement d’opinion sur moi et ne prennent plus pour un garçon aigri et impoli. Il y a ceux qui croient connaître des gens qu’ils n’ont jamais vus. J’avais appelé même un politicien qui m’avait traîné devant les tribunaux au cours d’une procédure judiciaire qui avait duré deux ans. Discuter avec les gens, c’est très bien. Les interviews, c’est super, mais le travail est compliqué, surtout pour moi qui travaille seul sur la partie technique.
        Cordialement,
        ARM

        Reply
  2. 2

    bonbon

    “L’élection encourage le charlatanisme” De Ernest Renan.

    Reply

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

2014 Copyright Lemohelien - Développé par TIB Consulting